Bocuse d’or 2021 : le retour à la maison !

C’est l’une des plus prestigieuses compétitions de cuisine au monde, une sorte de coupe du monde des chefs si l’on peut dire. Et après huit longues années tenues éloignées du podium, la France, emmenée cette année par le Chef Davy Tissot, renoue avec le succès et remporte le Bocuse d’Or pour la huitième fois de son […]

C’est l’une des plus prestigieuses compétitions de cuisine au monde, une sorte de coupe du monde des chefs si l’on peut dire. Et après huit longues années tenues éloignées du podium, la France, emmenée cette année par le Chef Davy Tissot, renoue avec le succès et remporte le Bocuse d’Or pour la huitième fois de son histoire !

Après deux années compliquées pour le secteur de la restauration, quoi de mieux en cette période de reprise qu’une victoire de la France pour cette édition 2021 du Bocuse d’Or ? Victoire qui fait d’ailleurs office de véritable retour « à la maison »* pour le fameux trophée, comme le rappelait si bien, dans un souffle, encore ému, le chef Davy Tissot, Lyonnais de surcroît, quelques instants après l’annonce de sa victoire.

Pour Christophe Carlier, chef exécutif de l’étoilé et MOF Christian Têtedoie, également lyonnais, le moment était particulièrement fort aussi. « Le fait que ce soit Davy qui l’emporte me touche beaucoup, car il était mon premier chef de partie poisson chez Régis Marcon**. C’est la première personne qui m’a modelé… c’est quelqu’un de très positif et ce qu’il vient d’accomplir est une véritable prouesse ! ».

Et Carlier de rajouter encore admiratif, que Davy Tissot est « le premier à avoir remporté le concours du Meilleur Ouvrier de France (MOF) et ensuite le Bocuse ! Il est le premier à avoir fait l’inverse. Monsieur Paul (Paul Bocuse, ndlr), ne conseillait pas de faire cela, mais lui a réussi, et c’est vraiment exceptionnel ! C’est un peu la consécration suprême ».

« La gastronomie française au sommet ! »

Après cette victoire, attendue et espérée de pied ferme côté français, les félicitations ont afflué de partout, et notamment de la part du Président de la République française, Emmanuel Macron au rendez-vous de cette édition, qui n’a pas manqué de saluer notre « gastronomie française à son sommet ».

Revenant sur les coulisses de cette édition, Christophe Carlier confie encore que « les limites sont repoussées chaque année, et si les Français parviennent comme on commence à le faire petit à petit, à se liguer les uns avec les autres, à collaborer comme nous l’avons fait cette année, nous parviendrons à faire des choses incroyables ! Notre savoir-faire français allié au partage de nos connaissances, nous ferons aller encore plus loin ! »

De l’observation et du flair…

En tout cas l’effervescence de lundi dernier était telle qu’on la sent encore palpable chez ceux ayant assisté à l’événement. C. Carlier le confirme bien, en concluant sur le fait que « normalement quand nous sommes en service aucun portable n’est autorisé, nous ne les avons pas avec nous, nous sommes un peu coupés du monde. Mais pour de grands événements comme ça, on est tous un peu rivés sur nos écrans, on attend le résultat. Et là, en voyant le défilé de toutes les personnalités notamment politiques, on s’est dit : on est obligé de gagner, cette année la victoire c’est pour nous… Et on a eu raison de le croire ! »

En espérant que la coupe, « ramenée à la maison » cette année, y reste encore longtemps et pour de bon.
La précédente édition du Bocuse d’Or en 2019 avait été remporté quant à elle par le Danois Kenneth Toft-Hansen.

 

 

*source Le Monde

**Triplé étoilé au Michelin depuis 2005, et Maître Restaurateur